30 avril 2013

Et si tu te laissais surprendre ?

Rêve de grandeur dissimulé dans un esprit bien sage... Monsieur rêve de nuits blanches, d'étoffes de soie froissé, de pénombre déplacée, d'épices et de sensualité. Les heures passent, les secondes, les minutes, les semaines et l'ennui le guète chaque matin. Le doux confort de sa petite vie bien rangée est un appel au secours lancé par sa passion latente. Elle brûle en lui et pourtant, il doute. L'aventure est-elle dangereuse ? La prudence est-elle un gage de bonheur ? Il ne s'agit pas de prudence, mais de peur. Une vie en hors... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 01:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2013

Je ne te plais pas ?

Monsieur fait des ronds de jambes, des pirouettes, la révérence, se pâme devant vous et fait le paon... Vous restez de marbre. Quand face aux avances vous demeurez toujours aussi imperturbable, Monsieur se trouve dans l'insécurité la plus dérisoire. Sa vulnérabilité est à son comble. Mais pourquoi donc résistez-vous à son  irrésistible charme ?   Monsieur ose un "Je ne te plais pas ?"...   Vous vous retrouvez nue face à vos vérités. Vous le rassurez alors sur son charme et ses atouts. Alors Monsieur ne comprend... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 11:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 avril 2013

Qui va porter la culotte ?

Même si la femme a troqué sa culotte contre de la lingerie plus fine, elle continue à la porter symboliquement dans ses relations avec les hommes. Où sont passés les hommes ?Parfois je me demande... A trop vouloir chercher la parité homme/femme, l'on a récolté tous les inconvénients relatifs : il faut draguer les hommes, les appeler, faire le premier pas, les inviter... Notre instinct primitif de chasseuse et pêcheuse ressurgit et nous éloigne peu à peu de notre rôle délicat de femme à courtiser. Certaines s'en réjouissent...... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 10:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 avril 2013

L'élixir du Don Juan, poison d'amertume

"Paroles, paroles, paroles"... Monsieur se serait fort épanoui à l'époque des troubadours... Il aurait déballé sa poésie pendant des mois pour rejoindre la tour enchanteresque de vos amours frivoles. Comme vous êtes belle, comme vous êtes incroyable, comme vous êtes fabuleuse... "Caramels, bonbons et chocolats". Monsieur tente de vous faire avaler son élixir aphrodisiaque. Il n'a pas tout faux dans son jeu, en valorisant l'être convoité, il se met à vos genoux pour mieux vous faire tomber.    Le jeu des mots est... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 12:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 avril 2013

La théorie du dernier verre à la maison

Le dernier verre à la maison après un dîner est indémodable. Précedemment, je parlais des rendez-vous ratés qui se concluent de 2 manières : esquiver un assaut de tendresse non désiré OU mettre un point d'honneur à se dire au revoir dans les règles de l'art. J'avais omis de préciser cette ultime phase de désespoir : le dernier verre à la maison.   Stratagème non dénué de sens pour inciter au rapprochement... Allez-vous vraiment boire un verre ? 1) Monsieur vous propose timidement un verre et semble être à priori sincère... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 12:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2013

Fuis-moi je te suis, Suis-moi je te fuis

Je suis probablement une enfant gâtée. Je suis issue de la société de consommation où tout est plus beau dans un emballage en magasin avec une étiquette indiquant un prix dispendieux. M'en voulez-vous ? Tout ce qui est inaccessible me rend cupide. L'insaisissable me rend enthousiaste. Je suis aimantée au charme magnétique de l'être distant. Je le rêve, le fantasme et le dispose vituellement dans ma galerie d'art au rang des pièces intouchables. Sa nonchalance lui donne des airs de semi dieux, son univers inconnu me parait... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 avril 2013

Célibataire à Paris

Chers amis célibataires,   Cela peut sembler loufoque mais j'ai remarqué que ce qu'il me manque le plus quand je me retrouve en couple, après une longue période de célibat, c'est la tranquilité, la solitude, l'apaisement que je trouve à être seule. Aucun compte à rendre à personne. Mon amour, je le porte davantage aux personnes de ma bulle et à moi-même. Jécoute mes rêves et mes aspirations. Je me concentre alors égoïstement sur ma carrière et mon plaisir personnel. Je profite vraiment de Paris et de ses tribulations... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 16:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 avril 2013

Les rendez-vous ratés...

Avant un rendez-vous, c'est toujours l'effervescence. La parisienne excèle dans le dress code "dating", j'ai toujours plaisir à observer dans la rue ces demoiselles pimpantes qui marchent avec une certaine assurance. Je dirais que c'est la phase la plus euphorisante du rendez-vous. Elles sont "preppy" avec leur rouge à lèvres, leur jupette et leur style ni trop apprétées, ni trop décontractées. A Paris, les rendez-vous galants s'observent à chaque coin de rue. Le dîner aux chandelles est trop formel, je me demande bien qui est à... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 12:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 avril 2013

Une vie rose poudrée

Si certains de mes articles s'avèrent parfois acerbes, ma vie n'en demeure pas moins teintée de rose poudrée. Du poudré pour la nostalgie et la mélancolie, celle qui empourpre mes joues quand je suis dans la tourmente ou dans l'embarras. Du rose pour l'euphorie des instant heureux volés sur le vif, dissimulés derrière mes lunettes fumées. S.  
Posté par Saroushka à 16:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 avril 2013

Théorie des amours frivoles, pourquoi si peu d'amour à Paris ?

Paris, une rencontre, des rencontres, trop de rencontres. Paris est fantasmé à travers le monde comme étant la ville des amoureux. Or, je n'ai jamais vu autant de misères sentimentales que dans cette ville. Paris semble dépérir et on ne s'étonne plus de rien. Dans le métro, nos mines déconfites ne sont aucunement liées aux personnes faisant la manche, nos mines défaites sont le reflet de notre anesthésie générale. Paris semble souffrir peu à peu d'un mal communément appelé nombrilisme. Le paradoxe fait que jamais l'être humain ne... [Lire la suite]
Posté par Saroushka à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]